Voitures autonomes, le futur est déjà là

On pense que la voiture autonome n'est pas encore vraiment là. Mais dans les faits, elle existe déjà. En effet, de nombreux modèles lancés au cours des dernières années sont parfaitement capables de conduire à notre place : ralentir, accélérer, s’arrêter, prendre les virages et même dépasser le véhicule qui précède.

Bien sûr, pour le moment, pas question de faire une sieste sur la banquette arrière (et encore moins des galipettes comme le redoute un spécialiste canadien) pendant que la voiture autonome nous amène à bon port. La loi l’interdit.
Quant à la technologie, elle n’est pas encore capable de gérer toutes les situations. Mais c’est simplement une question de temps.

Les pionniers Audi, BMW et Mercedes

Pour l'heure, le trio allemand (Audi, BMW, Mercedes), comme le suédois Volvo, le Japonais Lexus ou l’américain Tesla superposent les assistances électroniques afin que dans certaines conditions, la conduite soit facilitée.

Pour parvenir à ce résultat bluffant, les solutions utilisées sont globalement similaires d'un constructeur à l’autre. Le régulateur de vitesse est relié à une caméra à l’avant de l’auto qui détecte le véhicule qui précède. Elle transmet ses informations au régulateur qui ralentit, ou augmente la vitesse en fonction de celle adoptée par l'auto que l’on suit. En parallèle, des capteurs installés tout autour de la voiture détectent les obstacles qui peuvent surgir.

Enfin, une autre caméra repère les lignes blanches (discontinues ou non) tracées sur la route. Les informations obtenues sont automatiquement transmises à la direction, et le volant tourne sans aucune intervention humaine. Pour que l’ensemble fonctionne, il est donc nécessaire de conduire sur une route intégrant des marquages au sol, ou de circuler à faible vitesse, dans le cas d’un bouchon par exemple.

Conduire sans les mains, c'est déjà possible

Un SUV Audi Q7, ou sa petite sœur berline A4 permet aujourd’hui de lâcher le volant jusqu’à 60 km/h. À une vitesse supérieure, il faut le tenir sous peine d’entendre une alarme se déclencher et nous rappeler à l’ordre.

Mais la marque américaine Tesla va plus loin. Son système auto-pilot, en option sur la Model S, permet de dépasser le véhicule que l’on suit. Pour cela, et sans reprendre les commandes, il suffit de mettre le clignotant vers la gauche sur autoroute. La Tesla vérifie que la voie est libre, et se faufile vers la voie de gauche. Une fois le véhicule dépassé, il suffit mettre le clignotant vers la droite et la voiture regagne sagement sa voie.

Le freinage autonome d'urgence, un équipement déjà banal

Bien sûr, ces technologies sont aujourd’hui coûteuses et ne sont accessibles que sur des voitures premium. Il existe pourtant une fonction totalement autonome qui est déjà monté en série sur un véhicule neuf sur quatre : le freinage autonome d’urgence qui permet en cas d’arrêt intempestif de la voiture que l’on suit (ou d’un piéton qui traverse devant nous) d’exercer un freinage maximum sans l’intervention humaine. Un système qui sera certainement obligatoire très bientôt.
Voiture autonome