Les garagistes obligés de proposer de la pièce de réemploi

Dès le 1er janvier 2016, les professionnels de la réparation automobile devront se mettre à la page. Tout manquement sera passible d'une amende administrative dont le montant ne pourra excéder 3 000€ pour une personne physique et 15 000€ pour une personne morale.

"Tout professionnel qui commercialise des prestations d'entretien ou de réparation de véhicules automobiles permet aux consommateurs d'opter pour l'utilisation, pour certaines catégories de pièces de rechange, de pièces issues de l' économie circulaire à la place de pièces neuves."

Plus de choix pour les consommateurs

Jusque-là, lorqu'une voiture pas toute jeune se faisait accrocher, un expert évaluait la valeur généralement en-dessous le coût d'une réparation faite avec des pièces neuves du catalogue constructeur. L'automobiliste avait deux choix possible :

  •  prendre un chèque et voir son automobile partir à la casse
  • ou prendre le même chèque et faire réparer sa voiture comme il peut mais sans ne plus jamais avoir la possibilité de renvendre son véhoicule (sauf pour la valeur des pièces).

Au 1er janvier 2016, tout cela pourrait changer avec l'amendement 798 à la loi de transition énergétique qui obligera les réparateurs à proposer systématiquement de la pièce d'occasion (des pièces issues de l'économie circulaire).