Laquelle de ces deux sœurs jumelles choisiriez-vous ? La Fiat 124 Spider et la Mazda MX5 sont deux autos sans toit nées sous le soleil d’Hiroshima. De charmants petits cabriolets qui sont abordables. Un truc rare en ces temps où la plupart des constructeurs accessibles ont abandonné la fabrication des cabriolets.

Ces deux petits engins à deux places sont donc nés dans le même moule japonais et construit dans la même ville : Hiroshima où se trouve le siège de Mazda. Car c’est Mazda qui est à l’origine du projet, et c’est Mazda aussi qui s’est érigé en spécialiste du genre depuis bientôt trente ans (et 4 générations de MX5). Après avoir mis sur roues son modèle l’an passé, le constructeur a laissé Fiat le réinterpréter, tout en le fabricant dans sa propre usine. Et étonnamment, malgré un châssis commun, un habitacle similaire et une boite de vitesse jumelle, les deux cabriolets ont un tempérament très différent. Car si le roadster japonais est un voyou, la barquette italienne est une bourgeoise.

Le voyou vs la bourgeoise

Bien sûr, la première différence est visuelle. La MX5 est aiguisée, s’offrant des lignes de Manga tendues vers l’avant. Le Spider Fiat 124 pour sa part, revisite plutôt l’histoire de la marque, et notamment son modèle de 1966 qui s’appelait déjà 124. Un capot bosselé et des feux néo-rétros.

Mais les deux autos ne se démarquent pas seulement par leurs tôles. Leurs moteurs sont différents, tout comme la philosophie de ses blocs. Mazda a choisi un 1.5L essence atmosphérique de 130ch (ou 160 en haut de gamme). Fiat a opté pour un 1.4L turbo de 140ch  (et bientôt la version 170ch). Et qui dit turbo, dit couple à bas régime. Et c’est le point confort de la version transalpine qui se permet des relances sans avoir à changer de rapport sans arrêt, contrairement à la MX5 qui doit être cravachée pour délivrer sa puissance. Ce confort de moteur de l’Italienne se retrouve également dans ses suspensions, beaucoup plus souples que sur le roadster Mazda. Ce qui ne l’empêche pas d'assurer comme une déesse dans les virages, en bonne propulsion parfaitement équilibrée qu’elle est.

Car c’est là l’ultime secret de ces deux cabriolets : une répartition des poids de 50% entre l’arrière et l’avant, des roues arrières motrices et surtout un poids plume ( qui ne dépasse pas la tonne). Pour obtenir cette légèreté, il a fallu priver les deux autos de boite à gants, de places arrières et de coffre (240L seulement).

Ces cabriolets sont destinés à un usage strictement limité au PLAISIR ! Un plaisir plus viril chez Mazda et plus bourgeois chez Fiat. Le confort se paie un tout petit peu plus cher que la sportivité, puisque la Fiat Spider 124 s’affiche en entrée de gamme à 25 990€ (700€ de plus que la MX5).