Première vraie nouveauté depuis 2014, la citadine C3 bouscule l’image de Citroën. Un grand vent d’air frais secoue la vieille dame aux chevrons qui perd son allure vieillotte et ne conserve de ses gènes que son confort légendaire.

Un design totalement changé


Ce n’est pas une évolution, mais une révolution.

La sage maison Citroën se dévergonde et cette nouvelle C3 marque, peut-être, le début de sa mutation vers un look plus spectaculaire qui fait des appels de phares à une clientèle de jeunes, sachant que sa clientèle est aujourd’hui l’une des plus âgée de l’univers automobile.

Pour y parvenir, la nouvelle C3 va à l’inverse de celle qu’elle remplace. Aux lignes discrètes succèdent des grandes roues, un avant expressif des coussinets « airbumps » et une peinture biton disponible en 27 combinaisons différentes.

En fait, la plus petite des Citroën est un C4 Cactus en plus petit, et surtout, en plus réussi : une auto qui reprend les codes stylistiques du grand frère, sans ses défauts : des vitres arrières qui ne se baissent pas et une banquette rabattable uniquement d’un seul tenant.

Le confort à la française


Spectaculaire dehors, la C3 l’est tout autant dedans. Avec un style là encore très inspiré du grand frère Cactus. Le tissu des larges sièges est repris sur la planche de bord qui intègre un écran de 7 pouces. Une décoration qui ne cache pas un plastique dur et rustique, économies obligent. Toujours comme à bord de son ainé, des poignées façon malle de voyage d’avant-guerre ornent ses portières.

Mais cette C3 n’en oublie pas qu’elle est née en 2016 et intègre, et c’est une première pour une petite auto, la reconnaissance des panneaux de signalisation et l’alerte de franchissement de ligne. Mais une voiture, c’est aussi un espace, même chez Citroën. Et celui de la C3 est du genre honorable. Elle a grandie de 6cm, et les passagers arrière l’en remercient. Le coffre aussi, avec ses 300L, même si son accès est un peu trop haut.Tableau de bord Citroën C3 2017

Et au volant, ça donne quoi ?


Mais l’argument d’une vraie Citroën, c’est son niveau de confort. Et de ce point de vue, la C3 mérite ses chevrons. Grâce à ses sièges moelleux mais aussi à ses suspensions à grand débattement.

Reste que cette souplesse provoque un léger roulis qui, s’il ne met pas en cause la tenue de route, peut s’avérer gênant dans les lacets montagneux. D’autant que le passager ne pourra pas se raccrocher à une poignée de maintien inexistante. Des lacets qui ne conviennent pas vraiment au moteur qui risque de réaliser le plus gros des ventes : le trois cylindres essence Puretech de 82ch.

Volontaire au démarrage, et donc en ville, il montre vite ses limites en dehors.  Le même bloc, agrémenté d’un turbo et de 110ch fera bien mieux l’affaire à la campagne.

Cette C3 offre, au choix, 5 moteurs, dont deux diesel, de quoi adapter la cylindrée à l’usage.

Une citadine disponible à petit prix


Chez Citroën, la transparence semble de mise, et pas seulement dans les pare-brise. La direction nous l’assure : le prix affiché, sera le prix payé. Pas de remises cachées, donc, sur cette C3, mais des prix plutôt bas.

Moins chère en entrée de gamme, à 12 950€, que la version précédente, elle s’affiche, quel que soit sa finition et son moteur, à un tarif inférieur à ses rivales dont la Renault Clio, meilleure vente du genre en France.

Elle est surtout moins chère la Peugeot 208, sa cousine avec qui elle partage nombre d’éléments mécaniques.Citroën C3 sur la plage

Notre avis sur la Citroën C3 2017


Tarifs de la nouvelle Citroën C3 2017

De 12 950€ à 20 100€

Modèle essayé : Citroën C3 1.2 Puretech 82 Feel

  • 15 300€
  • 82ch à 5 750 tr/mn
  • 118Nm entre 2 750 tr/mn
  • Vitesse maxi : 168 km/h
  • 0 à 100 km/h : 14,9s
  • Cycle mixte : 5,1/100 km
  • CO² : 109 g/km (bonus-malus neutre)
  • Poids : 980 kg

ON A AIMÉ :

  • Confort remarquable
  • Look détonnant

ON A MOINS AIMÉ :

  • Direction floue
  • Prise de roulis désagréable